Installé dans son palais sur les hauteurs de Beyrouth, le patriarche des Arméniens Aram 1er estime qu'entre le chaos et Assad, les chrétiens syriens préfèrent le second, car le régime, même antidémocratique et brutal, défend les minorités.