L'opposante birmane Aung San Suu Kyi, accusée d'avoir enfreint les règles de sécurité qui lui sont imposées et condamnée le mois dernier à 18 mois supplémentaires d'assignation à résidence, a fait appel jeudi de sa condamnation, a indiqué l'un de ses avocats.