International

Les groupes français Total et américain Chevron enrichissent la junte birmane avec un projet gazier et pétrolier, et dissimulent les exactions commises par les forces de sécurité sur les populations locales, affirme jeudi une organisation non gouvernementale. EarthRights International (ERI), établie aux Etats-Unis, affirme dans deux rapports distincts que "le projet de gaz de Yadana de Total et Chevron a généré 4,83 milliards de dollars pour le régime birman". La très grande majorité de cet argent, assure l'organisation en citant des sources "confidentielles et crédibles", échappe au budget national et repose dans des banques basées à Singapour, l'Overseas Chinese Banking Corporation (OCBC) et le groupe DBS.

"L'élite militaire cache des milliards de dollars de revenus à Singapour alors que le pays souffre sans raison, avec des dépenses pour les services sociaux les plus faibles d'Asie", affirme Matthew Smith, coordinateur d'ERI pour la Birmanie. Total est présent en Birmanie depuis 1992 sur le champ gazier de Yadana, dont il possède 31,24%. Chevron détient pour sa part 28% des parts de ce champ, qui représente 60% du volume des exportations de gaz de la Birmanie vers la Thaïlande. Les deux groupes se retrouvent régulièrement cités dès lors que sont évoquées des sanctions renforcées contre la junte birmane.