Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte, a dénoncé lundi "l'extrême gravité sur le plan moral des actes posés en Arabie Saoudite" après "la sentence d'un autre âge" prononcée contre le bloggeur Raef Badaoui, condamné à 1.000 coups de fouet pour "insulte à l'islam". Interrogé lundi en commission du Parlement par la députée Hélène Ryckmans (Ecolo) sur les éventuelles relations avec le royaume saoudien, M. Demotte a assuré que la Fédération n'avait pas de "contacts directs" avec ce pays et ne disposait dès lors pas de leviers spécifiques pour y infléchir ces pratiques.

Le ministre-président s'est rallié à la position européenne dans ce débat. Il a toutefois promis d'écrire au ministre belge des Affaires étrangères pour l'inviter à l'action agisse également, "ce qu'il fait déjà", a reconnu M. Demotte, "mais il est important qu'il voie que l'opinion publique et les autres institutions sont également préoccupées" par le cas de Raef Badaoui, a-t-il ajouté.