L'eurodéputée belge Hilde Vautmans (Open Vld) a qualifié mardi d'"inacceptable" la menace du favori au poste de Premier ministre britannique, Boris Johnson, de ne pas payer la facture du Brexit - un montant évalué entre 40 et 45 milliards d'euros - si l'Union européenne n'accepte pas de meilleures conditions pour son pays. S'il passe aux actes après avoir remplacé la conservatrice Theresa May, ce paiement devra être imposé juridiquement, a-t-elle affirmé lors de l'émission de De Ochtend de la radio publique VRT.

"Il (M. Johnson) joue avec la crédibilité de tout le Royaume-Uni", a souligné Mme Vautmans.

Cet ancien journaliste et ex-ministre des Affaires étrangères, considéré comme le favori pour succéder à Theresa May à Downing Street, a prévenu samedi que s'il devenait Premier ministre, il refuserait que le Royaume-Uni paie la facture du Brexit - qu'il a chiffrée à 39 milliards de livres - jusqu'à ce que l'UE accepte de meilleures conditions de retrait.

"Nos amis et partenaires doivent comprendre que l'argent sera conservé jusqu'à ce que nous ayons plus de clarté sur le chemin à prendre", a dit ce partisan du Brexit dans un entretien au 'Sunday Times'.

C'est "inacceptable" de mettre en doute le paiement de cette facture, a répliqué mardi Mme Vautmans, qui a conservé son siège au Parlement européen lors des élections du 26 mai.

"Les engagements pris doivent être soldés", a-t-elle ajouté.

Si M. Johnson continue à refuser (de payer), "nous allons le forcer, il y a suffisamment de possibilités juridiques", a fait valoir l'eurodéputée.