La Première ministre britannique Theresa May s'est entretenue vendredi au téléphone avec les dirigeants de l'Union européenne pour les tenir au courant de ses tractations avec l'opposition, qui visent à trouver un compromis politique sur les modalités du Brexit. "J'ai discuté avec la Première ministre Theresa May des prochaines étapes du côté du Royaume-Uni", s'est contenté de déclarer le président du Conseil européen, Donald Tusk, dans un tweet, à l'issue de son entretien.

"C'était un échange d'informations des deux côtés, les deux ont convenu de rester en contact", a indiqué de son côté une porte-parole du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, dans un très bref compte-rendu de son entretien avec Mme May.

Interrogée par la presse sur l'hypothèse d'un report de la date du Brexit, programmé le 29 mars, la Commission européenne a une nouvelle fois assuré vendredi qu'elle n'avait pas reçu une telle demande de la part du Royaume-Uni.

M. Juncker avait jugé mardi que le rejet par le Parlement britannique de l'accord négocié sur le Brexit avait accru le risque d'un divorce sans accord.

"J'appelle le Royaume-Uni à clarifier ses intentions dès que possible. Le temps est presque écoulé", avait-il déclaré juste après le vote des députés britanniques.

Mme May a depuis engagé des tractations avec l'opposition pour tenter de parvenir à un consensus sur un accord de Brexit. Elle a toutefois déjà jugé "impossible" de remplir une condition posée par le Labour.

Le chef du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, a exigé qu'elle écarte clairement l'éventualité d'une sortie sans accord de l'UE au 29 mars, avant d'entamer toute discussion.