La Première ministre britannique Theresa May va parler "dans les prochains jours" à tous les dirigeants des Etats membres de l'UE et adressé une lettre aux parlementaires conservateurs pour les appeler à l'unité concernant le Brexit.

Dans cette lettre, dont des extraits ont été rendus publics samedi soir par Downing Street, Mme May exhorte son parti à "surmonter ce qui (le) divise".

Les responsables conservateurs doivent sacrifier "leurs préférences personnelles" pour le "service supérieur de l'intérêt national", a-t-elle écrit.

Jeudi, les parlementaires britanniques ont rejeté une motion de soutien aux efforts de Mme May pour obtenir des modifications à l'accord de Brexit, des membres de son propre parti s'étant abstenus.

Dans sa lettre, elle qualifie ce vote de "décevant" mais insiste sur le fait qu'elle continuera à chercher des changements sur l'accord dit de "backstop" en Irlande.

Ses services ont indiqué qu'elle comptait "parler avec le dirigeant de chaque Etat membre de l'UE dans les prochains jours".

"Je ne sous-estime pas combien profondément ou sincèrement les collègues soutiennent leurs points de vue sur cette question importante. Mais je crois qu'un échec pour faire les compromis nécessaires (...) décevra ceux qui les ont élus pour les représenter", avertit-elle.

"Notre parti peut faire ce qu'il a fait si souvent dans le passé : aller au-delà de ce qui nous divise et se rassembler derrière ce qui nous unit".

Le Secrétaire chargé du Brexit Steve Barclay doit rencontrer lundi le négociateur de l'UE Michel Barnier, pour discuter de propositions avancées par un nouveau "groupe de travail" de juristes britanniques cherchant des alternatives au "backstop", selon les services de Mme May.

Le Royaume-Uni est censé quitter l'UE le 29 mars, mais le parlement de Londres a rejeté le mois dernier l'accord de divorce que Mme May avait négocié, ce qui accroit le risque d'une Brexit sans accord le mois prochain.