La Commission européenne a proposé mercredi d'ouvrir les pourparlers en vue d'une adhésion à l'UE au Monténégro, et d'octroyer le statut de candidat à la Serbie, un geste toutefois lié à son rapprochement en cours avec le Kosovo.

Le Monténégro, qui s'était vu offrir le statut de candidat l'an dernier, est désormais "prêt à ouvrir des négociations d'adhésion", a estimé l'exécutif européen en saluant "les résultats satisfaisants dans l'ensemble" du pays en matière de réformes et de lutte contre la corruption et le crime organisé.

Concernant la Serbie, la Commission recommande aux Etats européens "de lui accorder le statut de pays candidat, en prenant en compte les progrès réalisés à ce jour, et étant entendu que la Serbie réengage le dialogue avec le Kosovo et avance rapidement dans la mise en oeuvre de bonne foi des accords trouvés à ce jour" avec Pristina.

En mars, Belgrade et Pristina avaient entamé un rapprochement historique sous l'égide de l'UE en acceptant de dialoguer des problèmes affectant leurs relations quotidiennes, comme la circulation des marchandises ou l'échange de registres cadastraux. Mais l'exercice est aujourd'hui suspendu à la suite d'un regain de tension dans le nord du Kosovo, où vit une population majoritairement serbe.

Belgrade, qui avait posé sa candidature en décembre 2009, espérait davantage et comptait aussi obtenir une date pour l'ouverture des pourparlers d'adhésion.