Confidences dans les médias, images "volées" d'un baiser présidentiel, participation dimanche au meeting de Marseille : Carla Bruni-Sarkozy, jusqu'ici discrète, s'implique dans la campagne électorale de son mari, tentant de dessiner l'image d'une femme ordinaire, loin du glamour de sa vie passée de top model.

"Je suis à côté de lui à 100%". Dans 20 Minutes et Le Parisien, Carla clame en termes identiques sa foi dans le père de sa petite Giulia, celui "le plus à même de garder le cap pour notre pays", celui qui "a tout fait bien ou presque pendant cinq ans", celui dont les "idées sont fabuleuses, très fortes".

Restée dans l'ombre depuis sa grossesse, Carla va s'impliquer dans la campagne, sa première, puisqu'en 2007 Nicolas vivait les derniers feux de son union avec Cécilia.

"Je m'investis. Pas de façon professionnelle mais humaine. J'accompagnerai mon mari quand il aura besoin de moi... dans les moments symboliques, dans les meetings", confie-t-elle, tournant le dos à la jeune bobo de gauche qu'elle incarnait encore il y a peu.

Son image, c'est celle de l'épouse aimante et attentive, comme est venue fort opportunément le souligner une vidéo mystérieusement arrivée sur internet. Prise sur TF1 quelques instants avant l'annonce par le président de sa candidature, elle montre Carla de dos, ajustant la légion d'honneur de son mari avant d'échanger avec lui un petit baiser maladroit.

Carla polit son image de "Madame tout le monde" en confiant son amour des séries populaires dans TV Magazine, supplément livré avec une soixantaine de quotidiens nationaux et régionaux.

"J'ai souvent regardé +Plus belle la Vie+ avec ma fille dans les bras ces derniers temps", dit-elle, trouvant "fabuleuse" l'émission "L'Amour est dans le pré".

Elle détaille ses préférences pour des succès populaires : "Nouvelle Star", "Fort Boyard", Julien Doré, l'album "Bretonne" de Nolwenn Leroy... Elle adore le foot et son mari lui a "fait découvrir le Tour de France". "Mme Michu"

Au passage, elle dénonce les journalistes "qui ne vous laissent jamais répondre" et "regrette que le journalisme d'opinion prenne de plus en plus de place au détriment du journalisme d'information".

Cette nouvelle Carla représentera-t-elle un atout dans la campagne de son mari ?

"Cela n'est pas en soi déterminant. On n'est pas dans un pays où ce critère-là est très important pour les électeurs", estime Bruno Jeanbart, l'un des responsables de l'institut OpinionWay.

Cependant, ajoute-t-il, "cela peut s'inscrire dans un dispositif plus global, pour changer l'image du président Sarkozy (et) garder le débat centré autour de lui, un élément capital en campagne".

"Mais vouloir que cela change la perception du président, ce n'est pas à deux mois du scrutin qu'on peut le faire. D'autant que l'image de Nicolas Sarkozy est très installée", dit-il.

L'expert des médias Dominique Wolton reste lui aussi sceptique. "Le couple François Hollande-Ségolène Royal frappe beaucoup plus l'imaginaire français : ils se sont aimés, séparés... alors que le couple Sarkozy, c'est les gens d'en haut, ça fait com'", assure-t-il.

Carla, dit-il, "est glamour, papier glacé, ce qui ne veut pas dire qu'il y ait une antipathie particulière envers elle, mais elle n'est pas assez banale pour que les gens s'identifient à elle". "Elle ne peut pas jouer Mme Michu", tranche-t-il.

La twittosphère semble lui donner raison, ironisant sur la volonté de la première dame de participer à l'émission "Rendez-vous en terre inconnue" : "Je suggère de l'envoyer dans le métro ou dans un Lidl", lançait dès vendredi un twittos, toujours relayé samedi.