Il est là, présent sur les portes des familles chrétiennes de Mossoul. Tour à tour capitale de l'Assyrie et des Seldjoukides, la ville irakienne est aujourd'hui la proie des islamistes. Parmi les principales victimes des djihadites, on retrouve les chrétiens qui prennent de plus en plus le pli de fuir vers le Kurdistan voisin. En effet, les tensions religieuses sont exacerbées depuis que l'Etat islamique en Irak et au Levant a pris le contrôle de la cité.
     

Les chrétiens avaient le choix: se convertir ou mourir. Avec sur leur façade un simple signe, leur rappelant l'inéluctable: après des siècles de vie à Mossoul, ils ne sont plus les bienvenus en terre irakienne. Ce "dessin", le voici: ن. Il représente le noun, soit le N de notre alphabet, explique Rue89. Il signifie plus précisément Nazaréen, terme utilisé dans le Coran pour désigner les chrétiens. Il a également été le symbole d'un élan de sympathie à l'égard de ces chrétiens sur les réseaux sociaux.


Aujourd'hui, ن est peint sur les maisons des "infidèles", comme pour les tatouer, les marquer dans leur différence. Et surtout pour faire pression sur eux, au moment de choisir l'Islam, payer un impôt destiné aux non-musulmans... ou "périr par le glaive". Ceux-ci avaient jusque samedi midi pour faire leur choix. La majorité ont refusé l'apostasie et ont préféré l'exil au Kurdistan, après 2000 ans de vie au pays. Selon des observateurs, l'expulsion des chrétiens correspond à l'objectif proclamé par l'EI de créer un Etat islamique dans les territoires qu'il a conquis, mais le groupe a vraisemblablement préféré attendre de consolider ses positions avant de franchir de nouvelles étapes.


Les chrétiens leurrés par l'EI

Les chrétiens ont été induits en erreur par les jihadistes leur ayant accordé dans un premier temps une paix relative avant de les contraindre à fuir. Ce changement d'attitude des insurgés sunnites pourrait signifier que le groupe se sent maintenant suffisamment en confiance pour imposer ses règles extrémistes.

"Nous avons été leurrés, car au début ils ne nous ont pas menacés, mais une fois installés ils ont commencé à nous imposer leurs lois terroristes", explique le père Emmanuel Kelou, qui était à la tête de l'Eglise de Mossoul, une ville de deux millions d'habitants, et qui s'occupe maintenant des chrétiens qui ont trouvé refuge à Qaraqosh, à environ trente kilomètres de là.

Certains chrétiens étaient même revenus chez eux après la prise de contrôle de la ville lors d'une offensive fulgurante lancée par les insurgés le neuf juin, rassurés par une quasi absence d'attaques contre leurs co-religionnaires restés sur place. Le quatorzejuillet, deux religieuses et trois orphelins avaient été libérés à Mossoul après avoir été enlevés deux semaines plus tôt, un geste laissant espérer des relations plus pacifiques entre chrétiens et islamistes. Mais quelques jours plus tard, les chrétiens étaient confrontés aux fameux ultimatum.

© AFP
Crédit Photo: AP

L'expulsion des chrétiens pour rassembler ?

"A mon sens, occuper une ville alors qu'une offensive est toujours en cours est une tâche complexe, et éliminer les chrétiens n'est pas forcément la chose la plus importante à faire en premier", estime Jessica Lewis, ancien officier du renseignement de l'armée américaine et actuelle directrice de recherche de l'Institut for the Study of war.

Selon les experts, l'attitude plus modérée à Mossoul de l'EI, connue pour ses exécutions de masse, crucifixions et vidéos et photos sanglantes publiées sur la Toile, est peut-être également une façon de ne pas s'aliéner les autres groupes d'insurgés sunnites.

Des membres de l'ex-parti Baas de Saddam Hussein, dont faisait alors partie le vice-Premier ministre irakien Tarek Aziz, de confession chrétienne, combattent les forces gouvernementales aux côtés de l'EI.

"Compte tenu du comportement du groupe ailleurs, et dans le passé, le choix laissé aux chrétiens de prendre la fuite pourrait être considéré comme une légère modération" de leur attitude, estime Charles Lister, un expert du Brookings Doha Center.

"L'EI sera toujours une organisation austère et absolutiste, mais en fonction des dynamiques au sein du soulèvement sunnite en Irak, cela fait sens qu'il accepte des compromis à la marge pour éviter de créer des tensions sociales inutiles", a-t-il ajouté.

Mais reste à savoir jusqu'où ira l'EI dans l'application de son interprétation rigoriste de l'islam maintenant qu'il commence à se sentir plus fort dans les zones qu'il contrôle. "Il sera intéressant de voir jusqu'où ils vont pouvoir aller dans leur contrôle de la société sans provoquer une réaction violente de la part de la population locale et d'autres groupes d'insurgés", souligne Fanar Haddad, chercheur à l'Institut pour le Moyen-Orient de l'université de Singapour.