Les ténors du parti Les Républicains n'ont pas attendu les différentes réunions prévues aujourd'hui pour régler leurs comptes... en famille. Invités sur les plateaux de télévision et de radio français dès l'annonce des résultats à 20h, peu d'entre eux ont épargné François Fillon au moment d'évoquer les causes de l'échec. Le résultat de 19,94% passe mal auprès de certains alors que la victoire semblait promise. D'autres n'en démordent pas, Fillon aurait dû se retirer au plus fort des affaires pour laisser la place à Alain Juppé.

"Les affaires", c'est d'ailleurs l'explication que donnait Laurent Wauquiez. "C'est une défaite d'autant plus cruelle que nous aurions dû gagner. On paie cher les affaires", commente-t-il sur France 2.


Sur Europe 1, Eric Woerth n'est pas plus tendre avec François Fillon. "C'est un désastre pour notre famille politique. Ce n'est pas la droite et le centre qui ont perdu, c'est François Fillon qui a perdu." Nadine Morano, proche de Nicolas Sarkozy parle d'un "tremblement de terre", d'"une catastrophe", tout en pointant une "responsabilité immense de François Fillon".

Christian Estrosi, député maire de Nice, n'y allait pas par quatre chemins sur Twitter. "Cette élection restera, pour la droite française, comme l’un des plus grands gâchis de l’histoire politique." Il faut dire que le président de la région PACA avait été l'un des premiers à lâcher François Fillon pour rallier Emmanuel Macron pendant la campagne.

Par la suite, c'est Jean-François Copé dont on connait les inimitiés avec François Fillon qui a enfoncé encore un peu plus le clou. "C’est un fiasco lamentable. La droite vit son 21 avril ! C’est une reconstruction complète qu’il va falloir imaginer. François Fillon a eu le fair-play d’assumer cette défaite. Il a parlé à trop peu de Français."

Pour Rachida Dati, la défaite de François Fillon est une "défaite morale".