En déplacement à Genève dans le cadre du centième anniversaire de l'Organisation internationale du travail, le président a pris la parole en évoquant le mouvement des "gilets jaunes", né en France en novembre dernier. En baisse de régime depuis quelques semaines, la mobilisation a fait beaucoup parler d'elle en France, obligeant Emmanuel Macron à intervenir. Le chef d'Etat avait ainsi organisé un grand débat national au cours duquel chaque citoyen était invité à prendre la parole sur des questions qui leur semblaient essentielles.

Cependant, le président a admis ce mardi avoir commis une erreur dans la gestion de cette "crise". "Nous avons parfois construit des bonnes réponses mais trop loin de nos concitoyens, c'était une erreur fondamentale", a reconnu Emmanuel Macron. 

"Quand le peuple français dit avec force ce qu'il a dit, il faut savoir l'écouter, savoir constater ce qu'on a mal fait, ne pas arrêter de faire ce qu'on doit faire, savoir changer de méthode et entendre le message profond", a expliqué Emmanuel Macron. Mais le président compte reprendre la main pour l'acte II de son quinquennat et "transformer sa manière de faire". "Nous devons remettre l'homme au coeur, l'humanité au coeur", a-t-il déclaré ne souhaitant pas refaire les mêmes erreurs.