La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a exprimé jeudi son opposition au projet d'un groupe d'activistes pro-Palestiniens d'embarquer à bord de plusieurs bateaux à destination de Gaza dans le but de briser le blocus israélien sur ce territoire palestinien.

"Nous ne pensons pas que cette flottille soit un moyen nécessaire ou utile de porter secours au peuple de Gaza", a déclaré à des journalistes la chef de la diplomatie américaine.

"Cette semaine encore, le gouvernement israélien a pris des engagements significatifs pour les logements dans la bande de Gaza; des matériaux de construction vont pouvoir entrer dans Gaza", a rappelé Mme Clinton.

Pour la secrétaire d'Etat, il n'est donc pas "utile" qu'au même moment "des flottilles, par pure provocation, pénètrent dans les eaux israéliennes, et se retrouvent dans une situation où les Israéliens auront le droit de se défendre".

Une dizaine de bateaux doivent appareiller de Grèce la semaine prochaine dans le cadre d'une "flottille de la liberté" pacifique pour transporter de l'aide humanitaire à Gaza en forçant le blocus israélien, ont indiqué mercredi les organisateurs grecs à Athènes.

Les Etats-Unis ont mis en garde mercredi leurs ressortissants contre toute velléité de participer à cette flottille. Plusieurs juifs américains ont manifesté leur intention d'embarquer sur un navire battant pavillon américain. Israël qui a invoqué "le droit à l'auto-défense", a fait part de sa détermination à intercepter ces bateaux.

Neuf activistes turcs, qui étaient à bord de l'un des navires de la première flottille ayant fait route vers Gaza pour protester contre le blocus de l'Etat hébreu, avaient été tués le 31 mai 2010, par un commando israélien, provoquant une vague de protestation internationale.