Boris Nemtsov, ex-vice-Premier ministre de Boris Eltsine, a dénoncé une affaire "fabriquée du début jusqu'à la fin". 

Les Etats-Unis, l'Union européenne, la France et la Grande-Bretagne ont réagi rapidement à cette condamnation. "Nous sommes profondément déçus par la condamnation de Navalny et la motivation apparemment politique de son procès", a écrit l'ambassadeur américain à Moscou Michael McFaul sur son compte Twitter. "Ce jugement pose de sérieuses questions sur la situation de l'état de droit en Russie", a déclaré Catherine Ashton, chef de la diplomatie européenne. La France a fait part de sa "préoccupation", la Grande-Bretagne a déploré une justice "sélective".

La défense de l'opposant a promis de faire appel du jugement.