Le gynécologue congolais Denis Mukwege, réputé pour son aide aux femmes violées et plusieurs fois pressenti pour le Prix Nobel de la paix, a échappé jeudi à une tentative d'assassinat à Bukavu, dans l'Est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

Un homme a été tué lors de cette attaque survenue au domicile du médecin. "Cinq personnes armées et en civil se sont introduites chez lui. Quand elles l'ont braqué, un homme a surgi et crié. Les hommes armés se sont tournés vers lui et l'ont abattu", a déclaré à l'AFP le chargé de communication de l'hôpital Panzi fondé par le dr Mukwege, Ephrem Bisimwa.

Le dr Mukwege a "échappé de justesse" à l'assassinat car il a pu fuir au moment où les assaillants tiraient sur l'homme intervenu en criant, a ajouté M. Bisimwa, précisant que le médecin était avec deux de ses filles et une de leurs camarades quand les tirs ont eu lieu.

Une source à la police d'investigation criminelle a déclaré à l'AFP que la victime était "un domestique".

"On a réussi à récupérer le véhicule ce matin. Nous travaillons sérieusement sur ce dossier. Cela (l'enquête, ndlr) évolue très bien", a ajouté cette source policière.

Un organisme religieux suédois travaillant avec l'hôpital Panzi, PMU, a évoqué quatre assaillants. "Les hommes ont fui dans le véhicule du dr Mukwege qu'ils ont rapidement abandonné, avant de détourner un autre véhicule. L'identité des hommes armés et leur localisation actuelle sont inconnues", précise cet organisme dans un communiqué.

Le Dr Mukwege "va bien", a souligné Ephrem Bisimwa. "Evidemment, il est touché sur le plan psychologique et il ne viendra pas travailler aujourd'hui: il cherche à comprendre ce qui s'est passé car on ne connaît pas le mobile de l'attaque", a-t-il ajouté.

Le Dr Mukwege a créé l'hôpital et la fondation Panzi pour venir en aide aux milliers de femmes violées dans l'est de la RDC par des groupes armés locaux et étrangers, ainsi que par certains soldats de l'armée. Il voyage régulièrement pour expliquer le calvaire de ces victimes.

Chaque année, le programme de lutte contre les violences sexuelles, le plus important de l'hôpital, reçoit 3.000 femmes. Ce projet est financé à hauteur de 1,2 million d'euros par an. Les fonds proviennent de PMU et surtout de la Commission européenne, qui donne environ 900.000 euros, selon Ephrem Bisimwa.

Les activités du gynécologue lui ont valu plusieurs nominations pour le Prix Nobel de la paix. Il a notamment reçu le prix de l'ONU pour les droits humains et le prix du roi Baudouin pour le développement international.

A Bruxelles, le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a condamné l'attaque qu'il a apprise "avec horreur". "La violence sexuelle est inacceptable. Le fait que par cette attaque, on ait tenté de bâillonner ce médecin afin que les auteurs puissent continuer sans être dérangés à terroriser la population ne peut pas non plus être toléré", affirme le ministre belge dans un communiqué.

Didier Reynders a appelé "les autorités congolaises à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour assurer la sécurité du dr Mukwege, pour rapidement présenter les auteurs de cette attaque à la justice et à ne pas fermer les yeux face à l'indicible souffrance de la population".

"Cette attaque montre à nouveau combien il est urgent que l'état de droit soit restauré dans l'est de la RDC", a-t-il conclu.