Patrick Buisson, ancien conseiller de l'ombre de Nicolas Sarkozy lorsque celui-ci était président de la République et se préparait pour la campagne de 2012, déballe tout dans un livre à paraître ce jeudi 29 septembre et intitulé " La cause du peuple".

Le quotidien français L'Express a pu obtenir des extraits et les dévoile. Ainsi, sur Jacques Chirac, actuellement à l'hôpital pour des problèmes respiratoires, Sarkozy aurait déclaré à l'époque à son conseiller qu'il était "le plus détestable de tous les présidents de la Vème République". "Je n’ai jamais vu un type aussi corrompu", aurait encore ajouté Sarkozy.

En ce qui concerne DSK, l'ex-président était déjà au courant de ses activités et des "parties fines" à Lille. Il aurait ainsi espéré affronter l'ex-patron du FMI à la présidentielle. "J'ai de quoi le faire exploser en plein vol", expliquait à l'époque Sarkozy à Buisson.

François Fillon n'est pas non plus épargné. Patrick Buisson évoque la construction d'une mosquée initiée par Fillon, alors Premier ministre, et qui avait particulièrement courroucé Sarkozy: "Pauvre type, tant qu'il y est, il n'a qu'à venir mercredi au Conseil des ministres en babouches et avec un tapis de prières".

Enfin, autre grande révélation faite dans ce livre, les contacts entre l'ex-président et le FN. En 2007, entre les deux tours de la présidentielle, Nicolas Sarkozy, voyant la victoire se profiler face à Ségolène Royal, aurait dit à Patrick Buisson: "Appelle Le Pen. Demande-lui ce qu'il veut. Faut-il que je le reçoive? S'il faut le recevoir maintenant, tu sais, je le recevrai. Je ne suis pas comme les autres. Je sais prendre mes responsabilités, moi."

Selon Buisson, Sarkozy affirmait non seulement partager des "valeurs communes" avec le FN, mais il aurait même demandé à des élus de droite de parrainer Jean-Marie Le Pen pour qu'il puisse se porter candidat à la présidentielle.

Interrogé sur ces propos sur Europe 1 lundi, Sarkozy s'est contenté de réponde: "Ça ne m’intéresse nullement".