Le Conseil de sécurité va se réunir d'urgence mardi sur la Corée du Nord, qui a procédé dimanche à un nouvel essai de missile, dernier en date d'une série de tirs qui ont suscité des condamnations internationales et la menace d'un durcissement des sanctions contre Pyongyang. Les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon ont réclamé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité, a indiqué la mission de l'Uruguay à l'ONU, qui préside cette instance exécutive en mai.

D'après l'état-major inter-armées sud-coréen, le missile tiré vers l'est de Pukchang, dans la province de Pyongan Sud, n'a pas encore été identifié. L'engin a parcouru 500 kilomètres environ.

Ce nouveau tir survient une semaine après le lancement par Pyongyang d'un missile de portée intermédiaire, le Hwasong-12, qui avait parcouru environ 700 kilomètres. Cet engin avait une portée sans précédent, selon les analystes. La Corée du Nord a assuré qu'il était capable de transporter une ogive nucléaire.

Le tir de missile de dimanche est le onzième depuis le début de l'année, après des dizaines de tirs et deux essais nucléaires en 2016.

Après le tir d'il y a une semaine, le Conseil de sécurité de l'ONU s'était réuni à huis clos mardi pour discuter d'un durcissement des sanctions contre le Nord. Selon l'ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Haley, les Etats-Unis et la Chine sont en train de préparer une résolution de mesures punitives supplémentaires contre Pyongyang.