Il n'y a pas de preuves d'altération d'une des boîtes noires du vol MH17, selon les enquêteurs.

Les enquêteurs qui examinent les boîtes noires du vol MH17, qui s'est écrasé jeudi en Ukraine causant la mort de 298 personnes, n'ont trouvé aucune preuve d'altération de celle qui enregistre les conversations dans la cabine de pilotage, ont-ils indiqué.

"La boîte noire était endommagée mais la mémoire était intacte et aucune preuve ou indication qu'elle ait été altérée n'a été trouvée", a indiqué dans un communiqué le Bureau néerlandais pour la sécurité (OVV), qui va coordonner l'enquête.


L'OSCE et les experts malaisiens ont découvert de petits impacts sur le fuselage du Boeing

Les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et les experts malaisiens ont découvert de petits impacts, "presque des perforations" sur le fuselage du Boeing 777 abattu jeudi par un missile, a annoncé mercredi un porte-parole de l'OSCE. "Certaines pièces que nous avons vues et photographiées présentent des impacts, presque des traces de perforations du fuselage", a déclaré Michael Bociurkiw, porte-parole de la mission de l'OSCE en Ukraine.

Ces pièces ont "beaucoup intéressé" les experts malaisiens, a-t-il noté, indiquant par ailleurs que l'équipe avait vu aussi des restes humains gisant toujours sur le site de l'accident.

Plusieurs dizaines de victimes sont encore officiellement recherchées, alors que les quarante premières dépouilles mortelles sont arrivées mercredi aux Pays-Bas.

Sur les 298 occupants de l'avion, 193 étaient des ressortissants néerlandais.

Des journalistes de l'AFP présents sur le site de la catastrophe ont également vu des pièces semblant provenir du fuselage de l'appareil, avec des traces d'impacts faisant penser aux dégâts de shrapnels.