International

Trente blessés et six arrestations : le bilan des troubles, un an après le référendum catalan.

Les forces séparatistes de Catalogne, au pouvoir dans cette région espagnole, échangeaient des critiques dimanche au lendemain d’affrontements entre manifestants indépendantistes et policiers à Barcelone, qui ont fait une trentaine de blessés. Six personnes arrêtées la veille au soir ont été remises en liberté dans la nuit dans l’attente d’être convoquées par un juge.

Une manifestation de policiers venus de toute l’Espagne samedi pour réclamer de meilleurs salaires et rendre hommage aux agents déployés le 1er octobre 2017 afin d’empêcher le déroulement du référendum d’autodétermination illégal, a indigné des séparatistes qui ont organisé une contre-manifestation.

La police nationale et la garde civile, qui dépendent de l’État central, réclament depuis quelque temps une égalisation salariale avec les policiers de Catalogne et du Pays basque, qui reçoivent un supplément de leurs gouvernements régionaux. “Cela dépend du gouvernement espagnol. Pourquoi viennent-ils protester ici ? Seulement pour provoquer et pour célébrer le fait qu’il y a un an, ils nous ont cassé la figure”, s’est indigné Manel Perez, un transporteur de 55 ans qui s’est joint à la manifestation indépendantiste.

Des heurts ont éclaté entre la police et des contre-manifestants séparatistes – au nombre de 6 000, selon la mairie de Barcelone – qui ont tenté de franchir le cordon de sécurité et lancé aux agents de la peinture et des objets.

La CUP, parti séparatiste d’extrême gauche appuyant la contre-manifestation, a réclamé la démission du responsable de l’Intérieur du gouvernement régional, Miquel Buch, pour avoir “permis une manifestation qui faisait l’apologie de la violence policière”.

Miquel Buch a répondu dimanche matin à la radio Rac1, appelant la CUP à expliquer “si dorénavant, ils cautionnent la violence, s’ils cautionnent la rupture de cordons policiers”.

“Hier, nous avons réussi à éviter un affrontement violent […] et c’était l’un des objectifs”, a affirmé M. Buch, précisant que quatre agents de la police régionale avaient été blessés, portant le total de blessés à “une trentaine”.