Le Conseil des ministres a donné vendredi son aval à l'envoi d'une petite centaine d'instructeurs belges durant six mois, dès le mois de mai, en République démocratique du Congo (RDC) pour former un troisième bataillon commando de l'armée congolaise et l'état-major de brigade qui chapeautera cette unité et les deux autres bataillons déjà formés, a-t-on appris de source gouvernementale. L'armée belge a déjà encadré la formation de deux bataillons des "unités de réaction rapide" (URR) des Forces armées de la RDC dans le cadre du Programme de Partenariat militaire (PPM) belgo-congolais. Ces deux bataillons, considérés comme étant des unités "bien formées et fiables" des FARDC, ont notamment été engagés au Nord-Kivu, dans les combats contre la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23).

Le gouvernement avait déjà approuvé le principe de la formation du 323ème bataillon en décembre dernier en avalisant les projets d'engagements opérationnels pour 2013 proposés par le ministre de la Défense, Pieter De Crem (CD&V). Il a donné vendredi son feu vert à l'envoi de 90 militaires à Kindu, le chef-lieu de la province du Maniema (est), pour encadrer la formation du 323ème bataillon UUR durant six mois, et de dix autres durant deux mois pour prendre en charge l'état-major de brigade qui doit "coiffer" les trois bataillons, a-t-on précisé au ministère de la Défense.

Cette formation sera en partie appuyée par des instructeurs congolais issus des 321ème et 322ème bataillons. Le démarrage effectif des activités à Kindu était subordonné à la satisfaction de conditions préalables de la part des autorités congolaises, comme le recrutement de personnel apte, une formation de base et un soutien logistique "adéquat" dans tous les domaines (transport, logistique, logement, nourriture, armement, munitions, matériels et équipements).

"L'état d'avancement des prérequis est actuellement favorable pour pouvoir débuter la formation dans des conditions acceptables à partir (du mois) de mai", a-t-on indiqué à la Défense. Afin d'appuyer le déploiement et après la mission, lors du redéploiement, un avion de transport C-130 "Hercules", mis en oeuvre par 19 militaires, sera dépêché en RDC durant six semaines, en deux périodes de quatre semaines au début et à la fin de la mission.

Le coût estimé de cette mission s'élève à 8,26 millions d'euros en brut et à 3,95 millions en net, à imputer sur le budget 2013 de la Défense. Les deux premiers bataillons URR avaient été formés par des instructeurs belges, déjà à Kindu, respectivement à cheval sur 2008 et 2009 pour le 321ème et entre octobre 2011 et mars 2012 pour le 322ème.

Selon le ministère de la Défense, un groupe d'une petite vingtaine de militaires belges est déployé en quasi-permanence au camp de Lokandu, à 55 kms de Kindu, pour une mission de "coaching" de l'arrière-garde des 321ème et 322ème bataillons.