Des manifestations rassemblant des dizaines de milliers de personnes ont débuté mercredi à Kigali et dans des villes rwandaises pour "dénoncer l'Allemagne et la France" après l'arrestation de Rose Kabuye, directrice du protocole du président rwandais Paul Kagame, a constaté l'AFP.

Rose Kabuye devait être transférée mercredi en France après avoir été arrêtée en Allemagne le 9 novembre, en exécution d'un mandat d'arrêt de la justice française qui l'accuse d'avoir joué un rôle dans l'attentat le 6 avril 1994 contre l'avion du président rwandais Juvénal Habyarimana, dont l'équipage était français.

A Kigali, d'imposants cortèges de manifestants convergeaient dans la matinée vers l'ambassade d'Allemagne et vers la station-relais de la Voix de l'Allemagne, située à une quinzaine de kilomètres du centre de la capitale, ont constaté les journalistes.

Aux habitants de la capitale se sont ajoutés des manifestants arrivés mercredi matin par camion des environs de Kigali. "Nous demandons la libération de notre chère Rose. Nous dénonçons l'Allemagne et la France", proclamaient les banderoles et les pancartes brandies par des manifestants partis de la principale gare routière de Kigali.

Cette gare, généralement bondée de monde et de bus, était déserte. Tous les commerces et toutes les administrations étaient également fermés. La ministre de l'Information, Louise Mushikiwabo, avait indiqué mardi à l'AFP que le mouvement allait mobiliser près d'un demi-million de personnes à Kigali à l'appel, selon elle, d'associations de la société civile.