Le député UMP de l'Oise, Eric Woerth, critique dimanche les "arrière-pensées" de Manuel Valls dans les procédures engagées contre Dieudonné qualifié de "support de communication" du ministre de l'Intérieur. "Laissons Dieudonné dans l'obscurité où il est. Le personnage est plutôt sinistre mais ce n'est pas à un gouvernement de décider ce qui est drôle ou pas", explique l'ancien ministre dans Le Parisien/Aujourd'hui en France.

Pour M. Woerth, "nier la Shoah, appeler à la haine, relèvent de la loi. Il suffit de la faire appliquer avec rigueur". "Il y a des tribunaux pour régler cela, à eux de dire si (Dieudonné) doit être condamné", ajoute l'ancien ministre du Budget et du Travail.

"Mais Manuel Valls a décidé d'en faire un combat personnel, avec évidemment des arrière-pensées derrière tout cela. Pour lui, Dieudonné est un support de communication. Il a enfourché ce cheval de bataille de façon très opportune", estime-t-il, jugeant le ministre de l'Intérieur "sans résultat" sur les questions de sécurité.