Le rapport final du procureur spécial Robert Mueller, chargé d'enquêter sur les soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de Donald Trump en 2016, a été publié jeudi par le ministère américain de la Justice. Que nous apprend ce rapport?

L'analyse du rapport se fait au compte-goutte, étant donné la quantité de pages à éplucher (448 pour être exact), depuis la publication du document, ce jeudi 18 avril. Mais quels éléments nouveaux pouvons-nous en tirer?

1) Donald Trump a cherché à limoger Robert Mueller

Le président Donald Trump a cherché à limoger le procureur spécial Robert Mueller, chargé de l'enquête russe, selon le rapport de ce dernier publié jeudi. Le 17 juin 2017, le président américain a "ordonné" au chef des services juridiques de la Maison Blanche, Don McGahn, d'accuser Robert Mueller de "conflits d'intérêt" et de demander "sa révocation". M. McGahn a refusé de s'y plier, écrit le procureur spécial dans son rapport.

2) A-t-il demandé à Cohen de mentir?

De nombreuses questions sont posées à travers ce document. L'une d'elles concerne notamment les déclarations de son ex-avocat, Michael Cohen, ayant dénoncé que le président américain lui avait ordonné de mentir au Congrès. Cependant, le rapport Mueller indique: "Le président savait que Cohen avait menti au Congrès à propos du projet d'une tour Trump à Moscou. Néanmoins, aucune preuve ne nous permet d'établir que Donald Trump a sommé ou indiqué à Cohen de formuler une fausse déclaration."

3) Trump a rencontré des Russes en 2016

Des membres de l'entourage de Donald Trump ont rencontré des Russes le 9 juin 2016 dans l'espoir qu'ils "aident" sa campagne, selon le rapport final sur l'enquête russe rendu public jeudi. "La campagne s'attendait à recevoir des informations de la Russie qui pourrait aider le candidat Trump dans son entreprise électorale", écrit le procureur spécial Robert Mueller. Mais leurs interlocuteurs russes "n'ont pas fourni de telles informations", ajoute-t-il.

Le document de près de 400 pages est expurgé de ses données confidentielles.

► Pour le consulter dans son intégralité, cliquez ici.

3) Trump n'est pas blanchi des soupçons d'entrave à la justice

Le président américain Donald Trump s'est réjoui jeudi des conclusions de l'enquête russe, qui a confirmé l'absence d'entente entre son équipe de campagne électorale et Moscou, mais ne le blanchit pas des soupçons d'entrave à la justice.

"C'est un bon jour pour moi", a lancé Donald Trump à la Maison Blanche au moment de la publication de ce rapport de plus de 400 pages après 22 mois d'enquête qui ont empoisonné ses deux premières années de mandat.

"Il ne faudra jamais que cela arrive à un autre président, cette arnaque", a-t-il ajouté à propos d'une enquête qu'il qualifie de "chasse aux sorcières".

Plus tôt, Donald Tump avait exulté sur Twitter en faisant une référence à la célèbre série "Game of Thrones"

"Pas de collusion, pas d'obstruction. Pour les rageux et les démocrates de la gauche radicale, c'est Game Over", était-il écrit sur une image de lui imitant une affiche de la série, où on le voit de dos sur fond d'un épais brouillard.

Le rapport final du procureur spécial Robert Mueller, chargé d'enquêter sur les soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de Donald Trump en 2016, a été publié jeudi par le ministère américain de la Justice.

Le document de plus de 400 pages est expurgé de ses données confidentielles.

Robert Mueller établit l'absence d'entente entre l'équipe de campagne électorale de Donald Trump et Moscou mais conclut ne pas être "en mesure" d'exonérer le président américain des soupçons d'entrave à la justice.