L'utilisation par l'émission de téléréalité "Dropped" d'un des deux hélicoptères impliqués lundi dans un accident ayant fait dix morts fait polémique en Argentine, car il s'agissait d'un appareil dédié aux services de secours. Son achat avait fait l'objet d'une loi. Plusieurs responsables politiques ont rappelé ces derniers jours que l'appareil avait été acheté en 2010, par le gouvernement de la province de La Rioja (nord-ouest) pour être utilisé à des fins sanitaires.

L'acquisition de l'appareil par le gouvernement local, pour 3,2 millions de dollars, avait fait l'objet d'une loi, approuvée en 2010, qui signale l'hélicoptère comme un outil pour des opérations de sauvetage, d'évacuation de personnes et comme assistance en cas de catastrophes naturelles. Mais la loi n'interdit pas spécifiquement d'autres usages.

L'utilisation de l'appareil "est encadrée par la loi. Le gouvernement ne touche pas d'argent (en le prêtant, ndlr). C'est pour promouvoir le tourisme", a assuré le procureur local.

Selon le gouvernement de La Rioja, l'hélicoptère a été prêté gratuitement à l'entreprise touristique Praia Rosa, qui détient la concession pour 30 ans d'exploitation touristique de la Quebrada del Yeso, où allait se tourner "Dropped".

Praia Rosa a ensuite loué l'appareil à l'équipe de production de l'émission de TF1, selon le site d'informations Infobae.

Dans l'accident, qui a impliqué deux hélicoptères Ecureuil de 2010, huit Français, dont les champions sportifs français Florence Arthaud, Camille Muffat et Alexis Vastine, sont décédés, ainsi que les deux pilotes argentins.