Les libéraux européens (ADLE) et l'alliance électorale Renaissance, dirigée par Emmanuel Macron pour les élections européennes en France, ont confirmé dimanche leur volonté de former un groupe politique commun au Parlement européen au lendemain du scrutin.

Cette union, déjà évoquée depuis plusieurs mois, a été confirmée ce week-end lors d'une rencontre à Strasbourg (France).

Dans une déclaration conjointe, l'ADLE et Renaissance disent avoir ensemble une "nouvelle ambition claire pour l'Europe et souhaitent construire une coalition avec d'autres partis attachés à la refondation de l'Europe pour une Europe plus efficace où le statu quo n'est tout simplement plus permis".

En plus du soutien de Renaissance, cette déclaration a été appuyée par les différents partis membres de l'ADLE, dont le Mouvement réformateur (MR) belge.

L'Open-Vld n'était pas représenté à Strasbourg en raison de problèmes de santé de leur leader, Guy Verhofstadt. Les libéraux flamands soutiennent toutefois également ce rapprochement avec les troupes d'Emmanuel Macron pour le scrutin européen, ont-ils fait savoir dimanche.