Le 23 novembre 1985, le vol Egyptair 648 devait effectuer la liaison entre Athènes et la capitale égyptienne, Le Caire. Alors qu'il prenait normalement son envol aux alentours de 20 heures, l'avion est détourné par trois Palestiniens, membres du groupe terroriste Abou Nidal, à peine dix minutes plus tard. 

Ces derniers, armés de fusils et de grenades, subiront l'intervention d'un agent de sécurité égyptien, présent à bord et qui tuera l'un d'eux. S'en suit une fusillade qui aura raison de l'agent de sécurité en question avant que des otages ne soient exécutés pour dissuader les autres passagers d'intervenir. Mais la fusillade a endommagé l'appareil et son fuselage entraînant une dépressurisation rapide. Cela pousse le pilote à diminuer son altitude jusqu'à 14.000 pieds (ce qui équivaut à environ 4.300 m).

Conscients du problème, les terroristes forcent le pilote à atterrir à l'aéroport de Luqa (La Valette, Malte). En pleine nuit, et malgré le refus de l'aéroport et l'extinction des lumières de la piste d'atterrissage, l'avion pose normalement ses roues sur le sol maltais. A l'aube, un commando égyptien ordonne l'assaut… C'est le début du carnage qui verra périr 61 personnes.


Le groupe terroriste Abou Nidal

L'Organisation Abou Nidal, aussi connue sous l'appellation Fatah-Conseil révolutionnaire, a été formée en 1974 à la suite d'une scission au sein du Fatah de Yasser Arafat. Certains membres ont décidé de suivre Sabri al Banna, plus connu sous son nom de guerre Abou Nidal. Il est notamment à l'origine de dizaines d'attentats contre des représentations diplomatiques d'Israël. Cette organisation est considérée comme terroriste par les Etats-Unis, Israël et l'Union Européenne. Même si les terroristes des 23 et 24 novembre 1985 se font tout d'abord passer pour des révolutionnaires égyptiens, l'attentat sera attribué au groupe Abou Nidal.