L'accident de train survenu ce mercredi soir à Saint-Jacques de Compostelle, dans le nord-ouest de l'Espagne, a fait 78 morts (sur les 222 personnes à bord), soit le plus grave dans le pays depuis 1944. L'accident s'est produit à 20h42 sur un tronçon de voie à grande vitesse, dans un virage très prononcé à environ quatre kilomètres de la gare de Saint-Jacques de Compostelle, la ville de pèlerinage mondialement célèbre. 

Plusieurs wagons sont sortis de la voie, s'empilant les uns sur les autres.

Un des conducteurs a reconnu avoir emprunté un virage à 190 km/h alors que la vitesse à cet endroit est limitée à 80 km/h, rapporte ce jeudi El Pais. Le conducteur était coincé dans la cabine de son convoi après l'accident. Alors qu'il ignorait encore si le déraillement avait été fatal pour certains de ses passagers, il a communiqué par radio avec la gare sur ce qui venait de se produire. "On est humain! On est humain!", s'est-il exclamé. "J'espère qu'il n'y a pas de morts parce qu'ils mourront sur ma conscience." L'homme a indiqué que le train avait emprunté le virage où s'est produit l'accident à 190 km/h alors que les signaux ferroviaires disposés dans cette zone n'autorisent pas à dépasser les 80 km/h.

Le virage en question intervient après 80 kilomètres de ligne droite sur un trajet reliant Madrid à Ferrol. En un rien de temps, les trains empruntant ce tronçon doivent passer de 200 à 80 km/h.

Le conducteur n'a pas pu préciser la raison d'une telle vitesse. L'enquête doit encore déterminer s'il s'agit d'un défaut technique ou d'une erreur humaine. Les médias espagnols précisaient que le train avait cinq minutes de retard. Quoi qu'il en soit, l'un des conducteurs fait l'objet d'une enquête, a annoncé une porte-parole de la Cour suprême de Galice.

De son côté, le président de la compagnie ferroviaire publique Renfe a affirmé que le train "n'a eu aucun problème opérationnel" et venait de passer une révision technique le matin même.

Des caméras de surveillance ont enregistré le moment précis où le train s'est renversé.