Les forces kurdes ont repris dans la nuit deux positions aux jihadistes de l'Etat islamique (EI) dans la ville syrienne de Kobané, le groupe extrémiste contrôlant toujours près de la moitié de cette cité frontalière de la Turquie, a indiqué lundi une ONG.

L'EI, qui a lancé une offensive d'envergure le 16 septembre contre Kobané, menace de prendre cette ville connue également sous le nom d'Aïn al-Arab, mais fait face à une résistance farouche des YPG, les Unités de protection du peuple, principale milice kurde en Syrie.

"Les YPG ont mené une contre-offensive dans le secteur sud de Kobané et ont repris deux positions qui étaient sous contrôle de l'EI, tuant 13 jihadistes", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans le même temps, les avions de la coalition dirigée par Washigton ont frappé lundi matin des positons de l'EI dans l'est et le sud de la ville, d'après l'ONG.

Le 6 octobre, les jihadistes étaient parvenus à entrer à Kobané après avoir conquis les villages environnants, s'emparant des secteurs Est et de parties du sud et de l'ouest de la ville.

Ils ont également pris le QG des forces kurdes situé dans le nord de la ville à un kilomètre de la frontière turque.

Mais dimanche soir, selon l'OSDH, les YPG "sont parvenus à avancer quelques mètres aux bords de ce QG" qui comprend les immeubles abritant le commandement des YPG mais aussi des Assayech (forces de sécurité kurdes) et le conseil local de la ville.