Parmi les policiers blessés, trois restent hospitalisés, selon un communiqué de la police. L'un d'eux a été grièvement blessé à la tête mais "sa vie n'est pas en danger", a précisé à l'AFP un porte-parole de la police. Selon des images télévisées, des manifestants avaient fait tomber le policier de sa moto avant de le frapper.

Près de 5.000 personnes ont manifesté mardi soir à Néa Smyrni, à 5km d'Athènes, contre une intervention policière musclée, dimanche dans ce quartier. Selon les images devenues virales, un jeune homme a été frappé à terre à coups de matraque par un policier lors d'un contrôle des mesures de confinement.

L'incident a provoqué un tollé dans le pays, la justice a ouvert une investigation tandis que la police mène une enquête interne.

Selon une photographe de l'AFP sur place, les échauffourées mardi soir ont débuté lorsqu'un groupe d'environ 200 personnes cagoulées s'est dirigé vers le commissariat de Nea Smyrni. Des casseurs ont lancé des pierres et des cocktails molotov contre le commissariat et les policiers ont répliqué avec des gaz lacrymogènes et des canons à eau. Le feu a été mis à une dizaine de poubelles obligeant les pompiers à intervenir.

Seize personnes ont été interpellées et seront traduites mercredi devant le parquet d'Athènes.