SOS Méditerranée dénonce le silence radio des États membres.

En mer, les embarcations de fortune ayant pour destination l’Europe se multiplient. Sur terre, en Europe, les ports restent fermés aux rescapés. Ces cinq derniers jours, 180 personnes ayant fui la Libye ont été secourues en Méditerranée, par les équipes du navire humanitaire Ocean Viking. "Nous avons envoyé cinq demandes aux autorités maritimes italiennes et maltaises pour l’attribution d’un port de débarquement. Nous n’avons reçu à ce jour aucune réponse, à l’exception de deux négatives", regrette Frédéric Penard, directeur des opérations de SOS Méditerranée.

Alors que l’UE, aux prises avec la pandémie de Covid-19, fermait ses frontières, les pays du pourtour méditerranéen ont aussitôt fermé leurs ports, y compris aux personnes rescapées en mer. Plusieurs ONG humanitaires ont donc été forcées de suspendre leurs activités en Méditerranée, avant que l’Ocean Viking ne reprenne le large le 22 juin, observant une augmentation drastique des départs depuis la Libye.

En avril, l’agence européenne de garde-côtes Frontex avait détecté 900 cas de franchissements irréguliers des frontières de l’Union, soit une chute de 85 % par rapport à la même période en 2019. Le chiffre le plus bas enregistré depuis 2009. Néanmoins, en mai, les arrivées par la route de la Méditerranée centrale ont augmenté de 75 %.

"L’UE ne parvient pas à assurer la sécurité de quelques personnes secourues par un navire humanitaire qui tente de combler le vide en matière de recherche et de sauvetage", a donc dénoncé jeudi SOS Méditerranée. Et de tirer la sonnette d’alarme sur l’état psychologique des migrants à bord : "Les tensions à bord de notre navire s’accentuent, plusieurs survivants menaçant de sauter par-dessus bord."

"Nous encourageons vivement les États membres à coopérer étroitement pour trouver une solution", a déclaré pour sa part la Commission. Pour l’heure, l’exécutif européen n’a pas été sollicité pour coordonner une redistribution de ces migrants dans les Vingt-sept, afin de faciliter leur débarquement dans un port européen.