Les fantasmes du Brexit seront bientôt à l’épreuve des faits

Les fantasmes du Brexit seront bientôt à l’épreuve des faits
Tristan de Bourbon et Olivier le Bussy
"Brexit means Brexit" (Brexit veut dire Brexit), avait affirmé Theresa May, en juillet 2016, juste après avoir pris ses quartiers au 10 Downing Street déserté par David Cameron. La tautologie de la nouvelle Première ministre était complétée par la promesse que le Royaume-Uni ferait "un succès" de ce retrait programmé de l’Union européenne. Trois ans et demi (de négociations interminables, d’enlisement et de report de l’événement) plus tard, son successeur, Boris Johnson, était parti en campagne pour les élections générales anticipées du 12 décembre...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet