Le national-populisme n’est pas encore vaincu en Slovaquie

Corentin Léotard
Le national-populisme n’est pas encore vaincu en Slovaquie
©AFP

Igor Matovic, planche sur un exécutif très conservateur.

Aux élections législatives du 29 février, les Slovaques ont finalement réussi à faire sauter le verrou de la gauche populiste incrustée depuis douze années au pouvoir. Un grand "ouf !" de soulagement a été poussé dans le pays, à l’exception bien sûr des 18 % de votants qui ont soutenu jusqu’au bout le parti de Robert Fico, malgré les scandales de corruption récurrents, les outrances et la confiscation du pouvoir. Igor Matovic, qui a remporté avec son mouvement des Gens ordinaires (OLaNO) les élections législatives avec 25 % des voix sera, selon toute vraisemblance, désigné par le Parlement à la tête du gouvernement.

Cet homme de quarante-six ans,

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité