Coronavirus: Boris Johnson a un "bon moral" après une "nuit tranquille" à l'hôpital

AFP

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, atteint du Covid-19, a un "bon moral" lundi après une "nuit tranquille" à l'hôpital, où il "reste en observation", a indiqué Downing Street. "Le Premier ministre a passé une nuit tranquille à l'hôpital St Thomas à Londres et son moral est bon. Il reste à l'hôpital en observation", a déclaré à la presse son porte-parole, répétant que le responsable, âge de 55 ans, restait aux commandes du gouvernement.

Lundi matin, le ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab, l'a remplacé pour présider la réunion quotidienne consacrée au Covid-19. Si Boris Johnson était par la suite trop malade pour exercer ses fonctions de chef du gouvernement, M. Raab les assumerait.

Le Covid-19 a déjà tué près de 5.000 personnes sur le sol britannique, dont un enfant de cinq ans, et les bilans quotidiens se sont aggravés tout au long de la semaine dernière. Ils ont même dépassé ceux de l'Italie pendant le week-end.

Diagnostiqué il y a dix jours, M. Johnson est le seul chef d'Etat ou de gouvernement d'une grande puissance à avoir été contaminé. Il a été hospitalisé dimanche soir pour subir des examens, ont annoncé ses services. Le dirigeant continuait à éprouver des symptômes de la maladie, dont de la fièvre.

Selon le quotidien The Times, Boris Johnson a été placé sous oxygène. Son porte-parole n'a pas confirmé, appelant à prendre avec "prudence" ces informations. Downing Street n'a pas précisé quels tests seraient réalisés.

Près de 50.000 personnes ont été testées positives au Covid-19 au Royaume-Uni, devenu l'un des pays d'Europe les plus violemment touchés. Parmi eux, le prince Charles, qui a guéri après avoir eu des symptômes légers du virus. Il a retrouvé lundi son épouse Camilla, testée négative au Covid-19 mais qui était restée confinée 14 jours par précaution.

Critiqué pour avoir tardé à prendre la mesure de la situation, le gouvernement britannique a bâti en catastrophe des hôpitaux de campagne pour soulager un système de santé débordé. Il a promis de décupler les tests qui manquent cruellement et débloquant des sommes gigantesques pour répondre au marasme économique et social.