Le regard grave, le Pape a placé l’Europe devant sa responsabilité

Ce qui est notable avec le pape François, c’est qu’il ne cache jamais son jeu, il ne mime rien : ni joie factice, ni langue de bois. Alors que la vertu de l’espérance fut un des fils rouges de ses interventions du week-end pascal, ses mots, son ton, son regard et jusqu’à ses pas qui résonnaient dans une Basilique Saint-Pierre déserte pour cause de pandémie étaient emplis d’une profonde gravité ce dimanche matin, alors qu’il engageait ...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet