Amnesty remet une pétition à la Première ministre pour la protection des migrants en Grèce

Belga
Amnesty remet une pétition à la Première ministre pour la protection des migrants en Grèce
©Belga

Amnesty International a remis vendredi à la Première ministre, Sophie Wilmès, et au Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, une pétition de 20.421 signatures appelant la Belgique, en tant qu'État membre de l'Union européenne (UE), à coopérer avec la Grèce pour protéger les migrants et demandeurs d'asile contre le Covid-19.

L'organisation demande notamment que les migrants et demandeurs d'asile se trouvant sur les îles grecques soient évacués vers des logements adéquats sur le continent. Amnesty appelle par ailleurs au transfert d'urgence des personnes vulnérables vers les États membres de l'UE, dont la Belgique, en les soumettant si nécessaire aux mêmes mesures de quarantaine prévues pour les individus revenant de l'étranger. 

L'ONG réclame également une aide financière et humanitaire pour la Grèce afin de protéger les migrants contre le coronavirus. "Ils vivent dans des conditions misérables et sont dans l'impossibilité de maintenir des distances de sécurité. Un manque cruel de soins de santé et d'installations sanitaires se fait par ailleurs ressentir. Dans ces conditions, le Covid-19 peut avoir des conséquences terribles", souligne le directeur de la section belge francophone d'Amnesty International, Philippe Hensmans. Selon lui, un premier pas positif pour la Belgique serait d'accueillir une proportion importante de mineurs non accompagnés. "Actuellement, 1.600 d'entre eux sont évacués vers le continent. Les premiers arriveront au Luxembourg et en Allemagne cette semaine. Le Portugal, la Croatie, la Finlande, la Lituanie, l'Irlande et la France préparent également leur relocalisation. La Belgique, elle, n'a encore pris aucun engagement", conclut-il.