Au Liban, "il faudrait tenir la classe politique loin du pouvoir"

Le système actuel, rejeté par la population, a besoin d’être "régénéré", estime la chercheuse Elena Aoun. Il manque, dit-elle, une offre politique transcendant le référent confessionnel. Ce qui pourrait favoriser l’émergence d’un État civil et d’une identité libanaise réelle.

Aftermath of massive explosion in Beirut
©Reporters / DPA
Cinq semaines après la gigantesque double explosion au port de Beyrouth, le Liban panse toujours ses plaies. Mais le drame, qui a fait près de deux cents morts, n’a fait que confirmer les raisons du soulèvement populaire de l’automne dernier. Il y aura un an le mois prochain, la population libanaise a commencé à manifester en masse contre l’incurie, la corruption et l’incompétence...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet