Boris Johnson teste la patience de l’Union européenne en mangeant sa parole

Le gouvernement dépose un projet de loi qui revoit des dispositions de l’accord de retrait conclu avec l’UE.

Boris Johnson teste la patience de l’Union européenne en mangeant sa parole
©AFP
Il y a tout juste un an, Boris Johnson clamait vouloir "un Brexit coûte que coûte le 31 octobre". Le Premier ministre britannique assurait que s’il était impossible de conclure un accord sur un retrait du Royaume-Uni de l’UE avec les Vingt-sept à cette date, ces derniers devraient affronter les conséquences d’un Brexit dur....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet