"Ceux qui attendent un miracle se trompent" : la Commission européenne appuie sur le champignon climatique

La Commission européenne annonce une série de mesures pour atteindre -55 % d’émissions de CO2 en 2030. L’étude d’impact économique montre que c’est réaliste, mais aussi souhaitable.

Pour le vice-président de la Commission, Frans Timmermans, l’Europe ne doit pas se servir des plans de relance post-Covid “pour essayer de réparer des choses qui n’ont plus d’avenir”.
Pour le vice-président de la Commission, Frans Timmermans, l’Europe ne doit pas se servir des plans de relance post-Covid “pour essayer de réparer des choses qui n’ont plus d’avenir”. ©AFP
Faire d’un (gros) problème une opportunité. Voilà en substance ce que propose la Commission européenne qui, par la voix de son vice-président exécutif en charge du Pacte vert, Frans Timmermans, et celle de la commissaire à l’Énergie, Kadri Simson, a détaillé jeudi la stratégie qui devrait permettre à l’UE de réduire d’au moins 55 % ses émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030 (par rapport à l’année de référence 1990)....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité