Pour que les multinationales suisses respectent toutes les droits de l’homme

Les Suisses votent sur une initiative visant à rendre les sociétés responsables de leurs dommages et abus à l’étranger. La Belgique s’inscrit plutôt dans un cadre international.

Le géant suisse Glencore est actif dans plusieurs pays africains, comme ici en Afrique du Sud.
Le géant suisse Glencore est actif dans plusieurs pays africains, comme ici en Afrique du Sud. ©BUREAUX RÉGIONAUX

Dans la ville péruvienne de Cerro de Pasco, les métaux lourds issus de l’extraction minière contaminent l’eau, l’air et les sols. Empoisonnés, les enfants de la région souffrent d’anémie, de handicaps, de paralysies. À Porco, en Bolivie, outre les dégâts sur l’environnement, des accidents mortels surviennent régulièrement dans les galeries de mines de zinc, de plomb et d’argent où travaillent des enfants et des adolescents. Près du village d’Ewekoro, au Nigeria, les poussières de la cimenterie se répandent dans les champs et sur les maisons, les habitants développent des maladies touchant le foie, les poumons, la rate. À Tsumeb, en Namibie, les déchets d’arsenic provenant du traitement du cuivre sont stockés dans des sacs à sucre à l’air libre, alors que cette substance, toxique même en très faible quantité, est extrêmement dangereuse pour les habitants et l’environnement. Dans l’État du Maharashtra, en Inde, près de 800 agriculteurs ont été intoxiqués très peu de temps après avoir épandu le pesticide Polo sur leurs champs de coton - certains sont décédés.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...