La Hongrie et la Pologne mettent leur menace à exécution et prennent en otage le budget et le plan de relance européens

Les deux pays ont mis leur veto à l’adoption du paquet budgétaire européen de 1 800 milliards d’euros. En cause : leur refus d’accepter un mécanisme liant fonds européens et respect de l’état de droit.

La Hongrie et la Pologne mettent leur menace à exécution et prennent en otage le budget et le plan de relance européens
©AFP
La bombe à retardement que les leaders des Vingt-sept avaient négligé de désamorcer lors du sommet de juillet a éclaté ce lundi, lors de la réunion des ambassadeurs des États membres auprès de l’Union. Opposées à la création d’un mécanisme liant versement des fonds européens et respect de l’état de droit, la Hongrie et la Pologne ont mis leur menace à exécution. Puisqu’elles ne pouvaient bloquer l’approbation, à la majorité qualifiée,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité