Anticipant des tensions avec Biden, Erdogan cherche à apaiser ses relations avec l'Europe

Confronté à l'arrivée d'un nouveau dirigeant américain potentiellement hostile, le président turc Recep Tayyip Erdogan semble déterminé à apaiser ses relations avec l'Union européenne après plusieurs années de vives tensions.

Anticipant des tensions avec Biden, Erdogan cherche à apaiser ses relations avec l'Europe
©AP
AFP

Signe de leur exaspération face à une diplomatie turque jugée agressive, les pays européens se sont accordés le mois dernier pour sanctionner Ankara en lien avec ses forages gaziers unilatéraux en Méditerranée orientale.

La Turquie a aussi agacé ses partenaires occidentaux en intervenant en Libye pour soutenir le gouvernement de Tripoli, et en appuyant l'Azerbaïdjan dans son conflit avec l'Arménie dans la région du Nagorny Karabakh.

Mais après des mois d'acrimonie, marqués notamment par des échanges désobligeants entre M. Erdogan et le président français Emmanuel Macron, le chef d'Etat turc martèle désormais qu'il souhaite "écrire une nouvelle page" dans les relations entre Ankara et l'UE.

MM. Erdogan et Macron ont même échangé des lettres ces derniers jours. Prémices d'une réconciliation?

Ankara a aussi tendu un rameau d'olivier à Athènes en l'invitant à des discussions, prévues fin janvier, sur l'exploitation des hydrocarbures en Méditerranée.

Si la Turquie a adouci son langage, c'est parce qu'elle "ne peut pas se permettre une escalade des tensions avec à la fois les Etats-Unis et l'Europe, surtout avec une économie aussi fragile", souligne un diplomate européen.

"Quête d'amis" 

La dépendance économique d'Ankara envers l'Europe est en effet forte: entre 2002 et 2018, deux tiers des investissements directs de l'étranger en Turquie provenaient des 27 pays de l'UE, selon les chiffres officiels.

Mais les tensions ont contribué à créer un climat d'instabilité, l'inquiétude des investisseurs se reflétant dans la dégringolade de la livre turque qui a perdu un cinquième de sa valeur face au dollar en 2020.

Après avoir écarté son gendre de la fonction de ministre des Finances en novembre, M. Erdogan a multiplié les appels du pied en direction de l'Europe, promettant notamment de renforcer l'Etat de droit.

Isolé, "Erdogan cherche des amis partout où il peut en trouver", souligne Ilke Toygur, analyste à l'Institut allemand des relations internationales et des questions sécuritaires SWP.

A cette fin, M. Erdogan et son ministre des Affaires étrangères ont eu des réunions mardi avec des ambassadeurs de pays européens.

En attendant Biden 

Si les difficultés économiques ont guidé la nouvelle approche turque, la victoire de Joe Biden semble aussi être un facteur déterminant.

Alors que M. Erdogan avait tissé avec Donald Trump une relation personnelle qui a permis à Ankara d'éviter de lourdes sanctions pour ses opérations militaires en Syrie ou l'achat de missiles russes, la Turquie anticipe plus de froideur de la part de la prochaine administration.

"La victoire de Biden a certainement changé la donne. La Turquie s'attend à ce que le prochain gouvernement américain lui laisse moins de latitude", estime le diplomate européen.

L'appel au rapprochement avec l'UE "peut être interprété comme une façon de se préparer" à la prise de fonction de M. Biden, abonde Sinem Adar, du Centre d'études appliquées sur la Turquie à Berlin.

Mais pour elle, la tentative d'apaisement d'Ankara s'explique aussi par "la pression domestique croissante" pour M. Erdogan "due aux problèmes économiques aggravés par la pandémie" et "une érosion de la popularité" du parti nationaliste MHP, allié au président turc.

Mesures concrètes

Mais si les responsables turcs multiplient les déclarations, les analystes se demandent quelles mesures concrètes Ankara sera prêt à prendre.

Pour que la Turquie "soit perçue comme crédible par l'UE, il faut qu'Ankara change de direction" sur l'Etat de droit, estime Mme Adar, alors que l'emprisonnement d'opposants et de figures de la société civile a vivement préoccupé l'Occident.

Mme Toygur estime aussi que cette question est "le vrai obstacle", ajoutant que l'Europe attend "une preuve de bonne foi" de la part de M. Erdogan.

Du point de vue de l'UE, la Turquie reste dans tous les cas un partenaire incontournable en raison de sa situation géographique et de son rôle dans la gestion des flux migratoires vers l'Europe.

"Plusieurs pays européens veulent calmer les choses, car les tensions (...) ne servent ni les intérêts de la Turquie, ni ceux de l'Europe", indique le diplomate européen.

Cependant, ajoute-t-il, l'"offensive de charme" de la Turquie fait pour le moment "de nombreux sceptiques".