Comment le gouvernement grec met sous pression les journalistes critiques

Le Premier ministre Mitsotakis resserre son étreinte sur les médias mais veille à ne pas s’aliéner les patrons de presse.

Angélique Kourounis, correspondante à Athènes
Comment le gouvernement grec met sous pression les journalistes critiques
©AFP
Élu le 7 juillet 2019 et nommé Premier ministre le 8, le conservateur Kyriakos Mitsotakis a officiellement pris le contrôle de l’agence publique de presse grecque ANA-MPA le 9. Depuis, la liberté de la presse en Grèce se restreint comme une peau de chagrin. Le ton avait été donné plus tôt, dès juin 2013, lorsque, ministre de la Fonction publique, il fermait avec grand plaisir la télévision nationale...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité