Les scandales de Juan Carlos fragilisent la monarchie espagnole: "Le pire ennemi du roi, c’est son propre père"

En réglant une facture au fisc, Juan Carlos s’attire de nouvelles critiques.

François Musseau Correspondant à Madrid ©Libération
King Juan Carlos, Prince Felipe
©AP
L’entourage du roi émérite Juan Carlos, expatrié à Abou Dhabi depuis l’été pour ses démêlés avec la justice, pensait peut-être qu’une nouvelle "régularisation fiscale" allait passer inaperçue ou contribuer à blanchir l’image très détériorée de l’ancien chef d’État, en poste entre 1975 et 2014. Mais non. Dès que les médias ont fait savoir que les avocats de Juan Carlos confirmaient un versement de plus de 4 millions d’euros...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité