Ni ange ni démon, qui est vraiment Alexeï Navalny?

Les manifestations en soutien à l’opposant réprimées par le Kremlin. Les médias d’État russes tentent désormais d’égratigner l’image de l’opposant en Russie comme à l’étranger. Cette politique commence à porter ses fruits et isole un peu plus l’opposant.

Ni ange ni démon, qui est vraiment Alexeï Navalny?
©AFP
Paul Gogo, correspondant à Moscou
L’annonce de l’ONG Amnesty International a fait l’effet d’un coup de tonnerre à Moscou: "Nous n’utiliserons plus l’expression ‘prisonnier de conscience’ pour qualifier Navalny. Nos bureaux juridiques et politiques ont étudié ses déclarations datant des années 2000 et elles les qualifient de discours de haine", affirmait jeudi Alexander Artemiev, représentant de l’ONG au média d’opposition russe Mediazona. Cette décision de l’influente...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet