Les messages politiques contradictoires des Vingt-sept sèment la confusion autour du vaccin AstraZeneca

Fallait-il suspendre in extremis l’utilisation du vaccin contre le Covid-19 développé par l’université d’Oxford et la société AstraZeneca, en raison des soupçons de graves effets secondaires ? Ou continuer à immuniser la population contre le coronavirus, en l’absence de preuves scientifiques solides sur un danger réel lié au vaccin ?

Le dilemme était avant tout sanitaire, mais la manière d’y répondre relevait d’un difficile choix politique. Force est de constater que, dans le calcul des risques qui menacent la santé publique, les vingt-sept États membres n’ont pas abouti au même résultat. La carte de l’Union européenne apparaît donc divisée entre les pays qui, à l’image de la France et de l’Allemagne, ont choisi de jouer la carte de la précaution et ceux,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet