Le plan de relance européen peut-il nuire à l’état de droit ?

L’UE s’apprête à injecter 750 milliards d’euros dans l’économie européenne à travers le plan de relance. Ces fonds s’exposent aux abus dans des pays où l’état de droit bat de l’aile. Les cas polonais et hongrois inquiètent.

"L’Union européenne a financé l’érosion de la démocratie en son sein." Ce paradoxe, tel qu’énoncé par Daniel Kelemen, professeur de sciences politiques à l’Université Rutgers du New Jersey, hante les institutions européennes depuis au moins une décennie. Soit depuis que le gouvernement hongrois puis le polonais se sont engagés dans une dérive autoritaire, bafouant les valeurs de l’Union, tout en restant maîtres de la distribution des fonds...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité