Régionales en France : la gauche se rassemble derrière les Verts en Ile-de-France, et se retire en Paca pour contrer le RN

Le candidat écologiste à la présidence de l'Ile-de-France Julien Bayou a annoncé lundi l'union de sa liste avec celles du PS et de LFI/PCF en vue du second tour du scrutin régional pour tenter de battre la sortante Valérie Pécresse.

Régionales en France : la gauche se rassemble derrière les Verts en Ile-de-France, et se retire en Paca pour contrer le RN
©AFP
AFP

"Ça y est, nous sommes uni-es avec Audrey Pulvar et Clémentine Autain pour l'écologie et la solidarité en Ile-de-France!", a indiqué sur Twitter le secrétaire national d'EELV, en tête à gauche dimanche avec 12,95% des voix. Mme Pécresse (ex-LR, Libres!) est arrivée largement en tête avec 35,94%.


Arrivés à la table des négociations au milieu de la nuit, dans la foulée de l'annonce des résultats, les trois candidats ont conclu à la mi-journée un accord qu'ils présenteront lors d'un déplacement commun à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) en fin d'après-midi.

La principale interrogation autour de cet accord concerne la gratuité des transports, mesure phare et "pas négociable" d'Audrey Pulvar (11,07% des voix au premier tour) à laquelle Julien Bayou était opposé. Clémentine Autain (10,24%) promettait la gratuité pour les moins de 25 ans et tous les bénéficiaires des minima sociaux.

Quatre candidats seront présents au second tour: Valérie Pécresse, Julien Bayou, Jordan Bardella (RN, 13,12% au premier tour) et Laurent Saint-Martin (LREM, 11,76%).

En 2015, Mme Pécresse avait ravi la région au PS à l'issue d'une triangulaire avec le FN, devenu RN.

En Paca, Jean-Laurent Felizia retire sa liste

Jean-Laurent Felizia, chef de file écologiste de la liste d'union de la gauche, a annoncé à ses colistiers lundi le retrait de sa liste du second tour des régionales en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, laissant la place à un duel RN-LR.

Ce retrait, révélé par le quotidien La Marseillaise, a été confirmé à l'AFP par Jean-Pierre Cervantes, chef de file dans le Vaucluse, et Anthony Gonçalves, 4e dans les Bouches-du-Rhône, ainsi que par le responsable local d'un des partis soutenant cette liste d'union de la gauche.

"Je n'avais pas le droit de jouer avec le feu" face au RN, a expliqué Jean-Laurent Félizia, le chef de file écologiste de la liste d'union de la gauche en Paca, pour justifier lundi sa volte-face et son retrait au second tour des élections régionales.

Dimanche, "je voterai (Renaud) Muselier pour battre Thierry Mariani et sa triste cohorte" du Rassemblement national, a insisté lors d'une conférence de presse le conseiller municipal écologiste du Lavandou (Var), refusant de "laisser Marine Le Pen", la présidente du parti d'extrême droite, "faire de Paca le marchepied de ses funestes ambitions" présidentielles.

Sur le même sujet