L'Italie reçoit le feu vert de Bruxelles pour son plan de relance: "C'est une journée de fierté pour notre pays"

L'Italie a reçu le feu vert de la Commission européenne pour son plan de relance, censé revigorer une économie terrassée par la pandémie de coronavirus, a annoncé mardi le chef du gouvernement Mario Draghi.

placeholder
© AFP
AFP

"C'est une journée de fierté pour notre pays", a-t-il souligné depuis les mythiques studios de Cinecittà à Rome, la cité du cinéma italienne, lors d'une conférence de presse commune avec la présidente de la Commission Ursula von der Leyen.

Première bénéficiaire du méga-plan de relance européen de 750 milliards d'euros, l'Italie recevra au total 191,5 milliards d'euros de Bruxelles, dont 68,9 milliards en subventions directes.

Le plan de relance européen, financé par un emprunt commun inédit, "est une occasion unique dans la vie" que "nous devons saisir pour préparer l'avenir", a déclaré Mme von der Leyen.

"Nous avons toujours été conscients du fait qu'il faudra une combinaison de réformes et d'investissements pour relancer l'économie quand nous sortirons de cette crise pour faire un bond en avant vers la modernisation de notre économie", a-t-elle souligné.

Le plan de relance italien "aura un impact d'environ 1,5 à 2,5 points de PIB et devrait créer plus de 240.000 nouveaux emplois en Italie d'ici 2026", a-t-elle ajouté.

La visite de Mme von der Leyen s'inscrit dans une tournée européenne qui a débuté mercredi dernier au Portugal et en Espagne, pays qui ont été les premiers à voir leurs plans approuvés par Bruxelles.

L'Espagne sera la deuxième bénéficiaire de l'emprunt derrière l'Italie, avec quelque 140 milliards d'euros au total.

L'Italie a été en février 2020 le premier pays européen à être touché de plein fouet par la pandémie et avait imposé un strict confinement, qui a paralysé des pans entiers de son économie, dont le tourisme.

Le choc de l'épidémie sur l'économie italienne, la troisième de la zone euro, a été sévère, avec un plongeon du PIB de 8,9% l'an dernier, sa pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale.

La plus grosse part du plan italien, qui s'élève au total à 222,1 milliards d'euros, est consacrée à la "révolution verte", avec un montant de 68,6 milliards d'euros, prévoyant en particulier des investissements dans les énergies renouvelables.

Autre priorité, la "numérisation, innovation, compétitivité et culture" qui bénéficie d'un total de 49,2 milliards d'euros pour notamment permettre à toute la péninsule de bénéficier d'une connexion internet de dernière génération, sans zones blanches.

Cinecittà, qui a connu son âge d'or dans les années 50 grâce aux plus grands noms du cinéma italien et aux superproductions hollywoodiennes, recevra 300 millions d'euros dans le cadre du plan relance qui consacre au total 6,68 milliards d'euros à la culture et au tourisme.

Sur le même sujet