Le variant Delta dominant au Portugal, selon les autorités sanitaires : "Il y a des régions où la situation est préoccupante"

Le variant Delta du coronavirus, qui a provoqué un rebond des contagions au Portugal ces dernières semaines, est devenu prédominant dans le pays, selon les dernières données rendues publiques par la Direction générale de santé (DGS).

Le variant Delta dominant au Portugal, selon les autorités sanitaires : "Il y a des régions où la situation est préoccupante"
© Shutterstock

Ce variant, plus contagieux, représente plus de 51% des nouveaux cas au Portugal et plus de 70% dans la région de Lisbonne, dépassant le variant Alpha, apparu en Angleterre, et qui était "prédominant durant le mois de mai", selon les estimations de la DGS dévoilées vendredi soir.

Pour faire face à la situation, le Portugal a décidé de resserrer les restrictions dans les municipalités les plus touchées, comme Lisbonne où les horaires et la capacité d'accueil des restaurants et des commerces ont de nouveau été réduits.

Les restrictions de déplacements entre la région du grand Lisbonne et le reste du pays pendant le week-end ont également été maintenues.

Cette explosion de nouveaux cas a conduit l'Allemagne à inclure le Portugal et la Russie dans sa liste rouge.

A partir de mardi, seuls les citoyens allemands ou les résidents permanents en Allemagne seront autorisés à entrer sur le territoire en provenance de ces deux pays. Ils devront toutefois respecter une quarantaine de deux semaines, même avec un test négatif.

Le gouvernement portugais a déploré samedi cette décision.

"Je regrette la décision de l'Allemagne", a dit Augusto Santos Silva, ministre des Affaires étrangères, à l'agence Lusa. "Il y a des régions où la situation, sur le plan du Covid-19, est préoccupante, mais dans d'autres ce n'est pas le cas".

Des touristes allemands en vacances notamment dans le sud du Portugal avaient décidé samedi d'anticiper leur retour pour échapper à la quarantaine, selon les télévisions portugaises.

Début juin, de nombreux touristes britanniques avaient également décidé de rentrer chez eux après la décision de Londres d'imposer une quarantaine aux voyageurs en provenance du Portugal.

La chancelière allemande Angela Merkel avait déploré mardi l'absence de règles communes dans l'Union européenne en matière de déplacements, citant en particulier le Portugal qui avait rouvert ses frontières aux touristes britanniques et européens dès la mi-mai.

"Le Portugal n'a pas du tout été permissif", s'est défendu samedi le ministre des Affaires étrangères, rappelant que le pays n'avait accepté que les touristes munis "d'un test négatif".

Sur le même sujet