Régionales en France : la droite l'emporte en PACA, Valérie Pécresse réélue en Île-de-France, aucune région pour le RN

Les premiers résultats sont tombés.

La Rédaction avec AFP

Le second tour des régionales a confirmé dimanche une abstention quasi record autour de 66%, et la prime donnée par les électeurs aux sortants LR et PS, mais marque aussi l'échec du RN à emporter une région, y compris Paca, sa meilleure chance à dix mois de la présidentielle.

Après la fermeture des derniers bureaux de vote à 20H00, la participation des quelque 48 millions d'électeurs appelés aux urnes dimanche s'établit à environ 33% en France métropolitaine, au même niveau qu'au premier tour, et bien en dessous des 55,57% de 2015.

PACA

En région Provence Alpes-Côté d'Azur, le scrutin était particulièrement scruté ce dimanche. Le duel final opposait le Républicain Renaud Muselier, allié à LREM, à Thierrry Mariani, ex ministre sous Sarkozy, passé par Rassemblement national. Ce dernier était arrivé en tête du premier tour.

D'après les premières estimations c'est le candidat des Républicains qui l'emporterait avec 57% des voix, contre 43% pour la liste de Thierry Mariani.

Renaud Muselier semble avoir profité du front républicain. Le candidat de la gauche Jean-Laurent Félizia, s'était finalement retiré au dernier moment, afin de faire barrage au RN. Davantage de d'électeurs se sont d'ailleurs mobilisés ce dimanche. Selon l'institut Ipsos, l'abstention pour ce second tour a reculé de 4,1 points en PACA (62,2% points).

Ile-de-France

La présidente sortante de la région Île-de-France Valérie Pécresse (ex-LR, Libres!) l'emporte largement au second tour des élections régionales devant la liste d'union de la gauche portée par l'écologiste Julien Bayou, selon des estimations de deux instituts de sondage.

Mme Pécresse obtiendrait entre 45,5 et 44,1% des voix, Julien Bayou (EELV/PS/PCF/LFI/Générations) entre 32,5 et 34,6%, le RN Jordan Bardella entre 11,8 et 11,5%, et le LREM Laurent Saint-Martin entre 10,5 et 9,5%, selon les estimations des instituts Ifop-Fiducial pour TF1-LCI et Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France et LCP.

Valérie Pécresse a estimé dimanche qu'une "équipe de France de la droite et du centre a(vait) émergé dans les régions" à la faveur du second tour des régionales. "Nous avons une grande responsabilité et j'y prendrai toute ma part", a-t-elle poursuivi. "Plus que jamais je veux continuer et amplifier mon combat pour mes convictions mais aussi pour les valeurs de la République, de toutes mes forces".


Hauts-de-France

Dans les Hauts-de-France, c'est le président sortant Xavier Bertrand (ex-LR) qui l'emporterait avec plus de 52%, devant le candidat RN Sébastien Chenu et la tête de liste de l'union de la gauche Karima Delli.

Candidat déclaré à la présidentielle, Xavier Bertrand, s'est dit dimanche prêt à aller à "la rencontre de tous les Français" après sa large victoire, selon les estimations, au second tour des régionales. "Ce résultat me donne la force d'aller à la rencontre de tous les Français", a lancé M. Bertrand dans son fief de Saint-Quentin (Aisne), soulignant que pour "redresser notre pays il y a un préalable: le rétablissement de l'ordre et du respect".


Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes, est sorti vainqueur du deuxième tour des élections régionales, loin devant la candidate d'union de la gauche Fabienne Grebert et la tête de liste RN Andréa Kotarac, selon plusieurs estimations.

Laurent Wauquiez arrive en première position à 55,9% selon les instituts Ifop/Fiducial et Ipsos/Sopra Steria et 55% selon Opinionway. Fabienne Grebert est annoncée entre 32% (Opinionway pour Cnews) et 33,2% (pour Ifop/Fiducial pour TF1/LCI), devant M. Kotarac, estimé entre 10,9% par Ifop/Fiducial et 13% selon Opinionway.

Nouvelle-Aquitaine

Le président sortant de la région Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset (PS) l'emporte dimanche au second tour des élections régionales, devant la candidate RN Edwige Diaz, selon des estimations d'instituts de sondage.

M. Rousset obtient de 39,2% à 39,3% des voix, Mme Diaz entre 18,4% et 18,9%, l'écologiste Nicolas Thierry entre 14,8% et 14,3% comme le LR Nicolas Florian (entre 14,8% et 14,3%), et la MoDem Geneviève Darrieussecq entre 12,8 et 13,2%, selon les instituts Ifop Fiducial pour TF1/LCI et Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France et la Chaîne parlementaire.

Occitanie

La présidente sortante de l'Occitanie Carole Delga est arrivée dimanche largement en tête du deuxième tour des élections régionales devant le candidat RN Jean-Paul Garraud et la tête de liste LR Aurélien Pradié, selon une estimation.

Mme Delga obtient 57,8% des voix contre 23,9% pour Jean-Paul Garraud et 18,3% pour M. Pradié, selon une estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions/Radio France/La Chaîne parlementaire.

"Courage, proximité et bon sens, guident notre action. Ce résultat m'honore et m'oblige. J'en mesure la portée et la puissance", a déclaré dimanche soir Carole Delga lors d'une intervention empreinte de solennité, sans triomphalisme.

Elle a salué les électeurs d'une "région qui refuse la fatalité et le déterminisme, qui fait reculer l'extrême-droite". "Ici en Occitanie, nous incarnons cette gauche plurielle, écologiste et citoyenne", a-t-elle ajouté.

Grand-Est

Le sortant LR s'est imposé au second tour dans la région Grand Est avec 39% des voix, devançant le RN Laurent Jacobelli de près de 12 points, selon une estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions/Radio France/La Chaîne parlementaire.

L'écologiste Eliane Romani, soutenue par le PS et le PCF, arrive en troisième position avec 21,1%, devant Brigitte Klinkert, soutenue par la majorité présidentielle avec 12,8% des voix.

Corse

Le président autonomiste sortant du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, l'a emporté dimanche au second tour des régionales avec 39,7% des voix, devant Laurent Marcangeli, le maire d'Ajaccio et tête d'une liste d'union de la droite (32,1%), selon une estimation.

Jean-Christophe Angelini, à la tête de la liste PNC-Corsica Libera, arrive troisième avec 15,2% des voix, devant Paul-Felix Benedetti, à la tête du parti indépendantiste radical Core in Fronte, qui a obtenu 13% des suffrages, selon une estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévions/Radio France/La Chaîne parlementaire.

Pays de la Loire

La présidente sortante de la région des Pays de la Loire, Christelle Morançais (LR), l'emporte largement au second tour des régionales, devant l'écologiste Mathieu Orphelin, selon une estimation d'un institut de sondage.

La tête de liste LR obtiendrait 46,3% des suffrages, loin devant la liste d'union de la gauche de Matthieu Orphelin (34,6%). Les candidats Hervé Juvin pour le Rassemblement National et François de Rugy pour LREM/MoDem recueilleraient respectivement 10,8% et 8,3% selon un sondage de l'institut Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France et LCP.

Centre-Val de Loire

Le président sortant François Bonneau, à la tête d'une liste de gauche, a remporté dimanche le second tour des élections régionales en Centre-Val de Loire, selon une première estimation.

Avec 38,5% des voix, il a devancé la liste RN d'Aleksandar Nikolic (22,7%) et celle LR-UDI de Nicolas Forissier (22,7% aussi), au coude-à-coude, devant le ministre des Relations avec le Parlement Marc Fesneau (16,1%), selon une estimation Ipsos Sopra Steria.

Bourgogne-Franche-Comté

La sortante PS Marie-Guite Dufay, alliée aux écologistes et aux communistes, s'est imposée dimanche au second tour en Bourgogne-Franche-Comté avec 42,5% des voix, loin devant le candidat LR Gilles Platret (24,4%), selon une estimation.

Le candidat du RN Julien Odoul arrive en troisième position avec 23,7% des voix, devant le LREM Denis Thuriot (9,4%), selon une estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévision/Radio France/La Chaîne parlementaire.

Normandie

Le sortant Hervé Morin (Les Centristes), soutenu par la droite, s'est imposé au second tour des élections régionales en Normandie avec 44,2% des voix, devant la socialiste Mélanie Boulanger, alliée aux écologistes (25,9%), selon une estimation.

Le RN Nicolas Bay est arrivé à la troisième place avec 20,1% des voix, devant le LREM Laurent Bonnaterre (9,8%), selon une estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions/Radio France/La Chaîne parlementaire.

Bretagne

Le président (PS) de la région Bretagne Loïg Chesnais-Girard est sorti vainqueur dimanche du second tour des régionales mais son score, entre 29,8% à 30,9% des voix, ne lui permet pas d'assurer la majorité absolue, selon les premières estimations.

Dans cette quinquangulaire, selon Ipsos Sopra-Steria et Elabe, la liste du président sortant devance largement celle de la LR Isabelle Le Callennec (21,6 à 22,1%), de la candidate écologiste Claire Desmares-Poirrier (19,8 à 20%), du LREM Thierry Burlot (14,6 à 14,9%) et du RN Gilles Pennelle (13 à 13,4%).

"La victoire est belle, je la dois aux Bretonnes et aux Bretons", s'est réjoui Loïg Chesnais-Girard qui a succédé au ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian en 2017.

"Les Bretonnes et les Bretons ont fait un choix très clair: 30% des sièges (sic), c'est une très belle poussée. J'ai l'honneur de rester plus jeune président (de région, ndlr) de France, c'est une très belle nouvelle aussi pour la Bretagne, ça donne une belle image", a ajouté l'élu socialiste de 44 ans.

Malgré sa majorité relative, Loïg Chesnais-Girard s'est dit "très content" et "dans une sérénité absolue". Il n'a pas tendu la main aux autres listes en vue du 3e tour (l'élection du président de région), se contentant d'annoncer qu'il réunirait sa majorité lundi matin "pour travailler, pour préparer notre première session" qui aura lieu vendredi.